30/05/2017

Essai du M3 Corpus de chez PERMOBIL

Nouveau fauteuil proposé par Permobil : le M3 Corpus. Il s’agit d’un fauteuil roulant électrique multipositions et destiné à une utilisation mixte. Doté de 6 roues, le centre de gravité est dans l’alignement du tronc et de la tête de son utilisateur. Les roues motrices centrales permettent un rayon de giration de 56 cm et un braquage dans les couloirs de 111 cm. Equipé de suspensions nommées « Smooth », le M3 Corpus conserve les 6 roues en contact avec le sol donnant plus de stabilité et d’adhérence dans les pentes ou les franchissements d’obstacles allant de 5 à 7,5 cm. Les roues avant « Caster Glide » amènent une maniabilité supplémentaire à faible vitesse dans des espaces restreints. Il est doté :

  • d’une inclinaison d’assise électrique de 50 °(optionnelle),
  • d’un lift éléctrique de 30 cm (optionnelle),
  • d’une proclive de 5°/10°/20° au choix (optionnelle sans supplément),
  • d’une inclinaison de dossier manuelle de série (électrique en option, de 150° ou 180° au choix),
  • de repose-jambes inclinables manuellement de série (électrique en option).

Assise liftée au maximum, vous pouvez dorénavant faire fonctionner votre fauteuil à 5 km/h en laissant fonctionner toutes les supensions présentes. De plus, vous disposez d’une proclive de 20° à n’importe quelle hauteur d’assise : utile lors des activités telles que la cuisine, prendre un objet dans un placard … Les commandes de l’assise du fauteuil sont équipées de 3 réglages de mémoire dans le but de programmer des positions pour y accéder rapidement et ainsi être sur du positionnement voulu. De série, le manipulateur est équipé d’infrarouge et du bluetooh en option (iOS et Android).

 

M3 Corpus-d

 

CARACTERISTIQUES

  • Largeur d’assise : 42 – 57 cm (par pas de 5 cm),
  • Hauteur d’assise : 5 cm (45 – 75 cm avec lift),
  • Profondeur d’assise : 37 – 57 cm (par pas de 2,5 cm),
  • Hauteur de dossier : 47 / 54,5 – 67 cm (par pas de 2,5 cm)
  • Largeur de dossier : 36 / 41 / 46 / 51 cm
  • Largeur totale : 61,5 cm (châssis), 61,5 – 79 cm (avec l’assise)
  • Longueur totale : 108 cm
  • Hauteur totale : 96 – 117 cm
  • Distance entre les accoudoirs : 38 - 48 cm / 48 – 58 cm
  • Hauteur des accoudoirs : 18,5 – 32 cm
  • Autonomie : 30 km, batterie 73 Ah
  • Couleurs disponibles : vert, noir, bleu océan, rose, rouge, orange.
  • Vitesse: 10 km/h

 

 

TRANSPORT

  • Poids : 183 kg (avec batteries 2 x 23 kg)
  • Hauteur de transport minimum : 82,3 cm
  • Longueur de transport minimum : 79,5 – 85,5 cm

 

UTILISATEUR

  • Poids max utilisateur : 150 kg

 
M3 corpus
 

OPTIONS (liste non exhaustive)

  • Elévateur électrique d’assise
  • Inclinaison d’assise électrique de 50°
  • Dossier inclinable électriquement de 150° ou 180°
  • Repose-jambes électrique avec 20 cm de compensation
  • Commandes spéciales (menton, occipitale, souffle…)
  • Co-pilot 2
  • Appui-mollets
  • Cale cuisses
  • Coussins ROHO

 

TARIFS

  • à  partir de 8912,64 € TTC
  • LPPR : 3487,95 € (AA1) 3938,01 € (AA2)
  • Garantie : 2 ans

 


 

 

 

POINTS POSITIFS

  • Fauteuil roulant électrique à 6 roues multipositions
  • Maniabilité
  • Faible dimension
  • Bluetooth (option)
  • Proclive couplée au lift afin de favoriser la réalisation d’activités

POINTS NEGATIFS

  • Rien à signaler

21/04/2017

L’iBot le phenix ...

Après avoir connu un échec commercial, iBot, le fauteuil roulant innovant conçu par l'inventeur du Segway, est relancé par Toyota. Ce dispositif permet notamment aux personnes handicapées de monter des escaliers.

Malgré ce que son nom pourrait laisser croire, iBot n’est pas un produit Apple. Il s’agit en fait d’une invention de Dean Kamen, l’inventeur du Segway. L’iBot est un prototype de fauteuil roulant à six roues qui permet à ses utilisateurs de monter des escaliers, de s’élever à la hauteur d’une personne debout et de traverser des terrains difficiles d’accès.

Ce projet remonte à la fin des années 1990. Mais le produit n’a jamais été un succès commercial à cause de son prix trop élevé. À 25 000 dollars l’unité, iBot n’a pas réussi à trouver suffisamment d’acheteurs. Sa commercialisation a donc été officiellement interrompue en 2009.

 

Mais voilà que, quelques années plus tard, iBot renaît de ses cendres grâce à Toyota. Dans un communiqué, la branche nord-américaine du constructeur annonce en effet qu’elle s’allie avec DEKA Research, l’entreprise de Dean Kamen. Cette collaboration permettra de peaufiner le développement du prototype afin de lancer, prochainement, la nouvelle génération d’iBot.

Dans la vidéo promotionnelle de l’iBot, Dean Kamen affirme que « Toyota et DEKA partagent la même vision pour faire en sorte que la mobilité soient possible pour toutes les personnes, quelles que soient leurs capacités ».

S’il réussit à être commercialisé pour un prix plus abordable, l’iBot pourrait toucher un public très important. En France, par exemple, 2,3 millions de personnes souffrent d’une déficience motrice. 5,8 % de la population active est ainsi touchée. Un grand nombre de lieux publics sont encore inaccessibles pour ces personnes sans l’aide d’un tiers. L’iBot leur permettrait d’avoir plus d’autonomie et, ainsi, de moins subir de discrimination.

projet Scewo fauteuil roulant du XXIème siècle

Voici venir le fauteuil roulant du XXIème siècle : le projet Scewo, porté par des étudiants suisses, touche au terme de son développement. L'appareil électrique est capable de descendre et monter les escaliers.

Les problèmes d’accès à l’espace public pour les personnes à mobilité réduite se posent toujours aujourd’hui, malgré projets et promesses des pouvoirs publics. Plus de 2 millions de personnes sont même concernées en France. Mais c’est notre voisin suisse qui pourrait faire office de pionnier dans le domaine, avec le Scewo, un fauteuil roulant tout terrain.

Imaginé et développé sur le temps libre d’une équipe d’étudiants interdisciplinaires de l’École Polytechnique Fédérale de Zurich (ETH) mais aussi de la Haute École d’art de Zurich, ce fauteuil high-tech propose une technologie d’auto-équilibrage, permettant à son hôte — en mode conduite — de tourner sur place à l’aide d’un joystick, ou manuellement, ainsi que de franchir pas mal d’obstacles, tout en étant d’une taille suffisamment réduite pour pouvoir passer n’importe quelle porte standard.

UN SIMPLE BOUTON EN GUISE D’ACTIVATION

Mais c’est bien son mode escalier qui fait figure de petite révolution : possédant 3 systèmes de traction — deux larges pneus classiques mais relativement épais, deux petites roues en dessous ainsi que de longs rails métalliques — l’appareil permet de monter et descendre les escaliers en douceur, avec un système simple. Celui-ci permet, grâce à un bouton, de grimper ou quitter les marches. Une promesse qui réduit considérablement les endroits inaccessibles par un tel appareil.

Après une première version du nom de Scalevo, cette V2 n’en est pour l’instant qu’au stade de prototype de démonstration, mais l’équipe approche sereinement de la version fonctionnelle, qui permettrait ensuite de développer un modèle de base pour commercialisation. Celle-ci est prévue pour décembre 2018 si le planning de l’équipe est respecté. Vous pouvez d’ailleurs participer et soutenir l’initiative sur leur page Patreon.

Toyota s’était également essayé au développement d’un fauteuil de ce style, avec le créateur des Segways, Dean Kamen, qui avait connu un échec en 2009 avant d’être relancé récemment. C’est en tout cas un produit qui semble des plus nécessaires, afin d’offrir une plus grande mobilité aux personnes victime d’une déficience moteur. Une bien belle initiative, portée par des étudiants engagés, et qui pourrait relancer le débat (régulièrement balayé d’un revers de la main) de l’accès à l’espace public pour les personnes à mobilité réduite.

 

02/04/2017

TopChair, le fauteuil roulant intelligent made in Toulouse

Grâce à ses chenilles et son moteur électrique, ce fauteuil peut monter les escaliers/Photo DDM, Frédéric Charmeux

Le credo de l'entreprise toulousaine LogoSilver : faciliter la vie des personnes handicapées. Un projet réussi avec leur fauteuil Top Chair, capable de se déplacer dans des zones auparavant inaccessibles.

 

Il est capable de monter ou descendre les escaliers et de se déplacer en terrain accidenté : le fauteuil Top Chair semble être une utopie pour les personnes à mobilité réduite, et pourtant. L'entreprise Toulousaine Logo Silver, basée à Montrabé, fabrique et commercialise depuis un an et demi ces fauteuils roulants innovants. Un concept unique en France. «J'ai voulu mettre sur le marché des produits qui n'existaient pas encore pour combler un manque réel pour les personnes handicapées. On reçoit des inventeurs qui ont de grandes idées, et on leur permet de réaliser leurs projets, sans quoi ces innovations resteraient peut-être au placard pour toujours», déclare Boris Lo, directeur général de Logo Silver. Et ça marche : l'entreprise fabrique entre 30 et 50 fauteuils TopChair à l'année, dont une partie part à l'exportation. L'innovation principale vient de chenilles, placées près des roues, et d'un moteur électrique qui permettent de monter les escaliers et d'avoir une bonne adhérence sur tous types de terrain. Le fauteuil a été longtemps testé et sécurisé avant d'être commercialisé. «Nous avons eu tout un process de tests rigoureux, et une homologation par la sécurité sociale qui permet un remboursement partiel du fauteuil», surenchérit Boris Lo. Enfin, le fauteuil peut aussi être customisé à la demande au niveau de l'assise ou du boîtier de contrôle qui peuvent s'adapter en fonction de l'utilisateur.

La rude concurrence du marché asiatique

Actuellement, la société TopChair est la seule en France à fabriquer des fauteuils électriques. Elle propose d'autres gammes de produits et quand le made in France est impossible, elle reste toujours dans l'Union Européenne. «Nous jouons la carte de l'innovation et de l'inédit pour nous démarquer. Il n'y a que comme ça que le Made in France peut survivre», soupire Boris Lo, lassé par la présence toujours plus importante de la concurrence des pays asiatiques. Leur dernière création en date devrait arriver sur le marché en cours d'année. Il s'agira d'une voiturette urbaine à 4 roues motrices inspirée des 4x4 accessible aux personnes à mobilité réduite, qui pourront ainsi profiter de sorties en plein air dans des zones sauvages en toute sécurité. Un projet, qui, il espère, intéressera la ville de Toulouse. «Ce serait une plus value touristique énorme de pouvoir proposer ce type de véhicules en location. Nous espérons vraiment qu'une collaboration pourra voir le jour», conclut-il.

21/03/2017

Appareil de mobilisation MOTOmed Viva2 standard (Mobile France)

Entraîneur thérapeutique motorisé de mouvements (passifs, assistés ou actifs) des jambes avec possiblité d'option bras/torse. L'utilisateur peut s'entrainer en toute autonomie à domicile, en institution ou centre de rééducation!

Ergonomie d'utilisation

Ergonomie visuelle

Doté de gros boutons et d'un affichage grand caractère et  image visibles l'appareil de mobilisation MOTOmed Viva2 standard informe en continu sur les paramètres de l'entraînement.

Affiche et analyse jusqu'à 20 données d'entraînement.

Ergonomie d'installation

Poignée

Dotée d'un revêtement rembourré et nettoyable, elle permet de se tenir ou poser les mains pendant l'entraînement.

Semelles de sécurité

Rembourrées, confortables et antidérapantes avec une haute bordure de sécurité du côté de la manivelle. Pour l'insertion agréable et une fixation sûre des pieds grâce à des rubans velcro au niveau de la cheville.

Guide jambe avec appui mollets

L'axe articulé et les rubans velcro réglables « au millimètre », permettent de guider les jambes en toute sécurité 
Les appuis pour mollets sont réglables en hauteur et permettent aux jambes de rester dans l'axe.

Fonctions et programmes divers pour s'adapter à tous les besoins

13 programmes de thérapie adaptés entre autres à certaines maladies (hémiplégie, SPE...), à but thérapeutique (soulagement des muscles, entraînement à l'endurance...) et aux indications spécifiques (neuro, ortho...).

  • pédalage assisté (permet de régler la résistance par petits paliers pendant l'entraînement actif)
  • protection des mouvements
  • contrôle des spasmes
  • entraînement symétrie
  • programmes de motivation MOTOmax et TRAMPOLINEmax
  • nombre de tours et la force motrice sont séparés et peuvent être réglés indépendamment.
  • soulager les spasmes, les rigidités et les raideurs
  • etc.

L'appareil de mobilisation MOTOmed Viva2 standard dispose de différents jeux et programmes pour rendre son utilisation ludique et motivante.

L'appareil de mobilisation MOTOmed Viva2 standard est solide et peu encombrant (la place d'une chaise) et peut être équipé d'un entraîneur de bras / du torse même ultérieurement.

 

 Appareil de mobilisation MOTOmed Viva2 standard (Illustration n° 1)

 

Informations et liens complémentaires