15/07/2017

tous les labels n’ont pas un intérêt exceptionnel

Deux certifications garantissant l’accessibilité des bâtiments ont été lancées ces derniers mois. Mais ces deux labels n’ont pas grand chose en commun. Si le Label accessibilité semble réellement ambitieux, la Bac permet, elle, de certifier accessibles des bâtiments qui ne le sont pourtant pas !

La Bac pour tous, c’est pour demain ? La certification Bâtiment accessible certifié (Bac), lancée en grande pompe le 8 juin par l’entreprise I.Cert, avec le soutien de la délégation ministérielle à l’accessibilité (voir encadré), a vocation à ratisser large. Elle peut même être attribuée à des établissements recevant du public (ERP) n’étant pas totalement accessibles aux personnes handicapées…

Une concertation sujette à caution

Le principe d’une certification est de garantir que tel bien ou tel service respecte un cahier des charges. Une manière de les valoriser et de donner des gages de qualité aux usagers ou clients. Pour la Bac, 82 critères ont été déterminés par I.Cert, « en concertation avec des usagers, des professionnels et des experts, précise Sophie Real-Lucenay, la chef de projet Bac. Dont les APF (sic !) ». Ce que dément catégoriquement l’APF. « Notre conseiller accessibilité est allé à une réunion pour voir ce dont il s’agissait mais nous ne cautionnons absolument pas ce label Bac, contrairement à ce que laisse entendre I.Cert », insiste Pascal Bureau, administrateur de l’association.

Certains de ces critères vont au-delà des exigences réglementaires. C’est le cas, par exemple, pour les éléments en saillie sur un cheminement accessible, potentiellement dangereux pour les personnes aveugles et malvoyantes (boîte au lettres, panneau de signalisation ou autre). Alors que l‘arrêté du 8 décembre 2014 n’impose un contraste visuel et un rappel tactile au sol qu’au-delà de 15 cm, I.cert a abaissé ce seuil à 10 cm.

Les « besoins réels » plutôt que le respect des normes ?

D’autres, par contre, reprennent simplement les normes fixées par la loi. Mais ces 82 critères ne recouvrent pas l’intégralité des spécifications réglementaires. « L’attribution de Bac ne passe paspar le contrôle exhaustif du respect de la réglementation en vigueur », assume Sophie Real-Lucenay. Autrement dit, un bâtiment ne se conformant pas à toutes les dispositions techniques prévues par la loi mais remplissant les critères d’I.Cert bénéficiera de la Bac.

Le dossier de presse précise d’ailleurs que la « Bac a vu le jour sur l’idée que l’accessibilité va au-delà du cadre réglementaire, en intégrant des dimensions pragmatiques, de qualités d’usage et de bon sens ». Faut-il donc comprendre que le législateur se serait montré trop tatillon sur certains points ? Et que, a contrario, I.Cert garantirait l’adaptation aux « besoins réels » des personnes handicapées ? On peut en douter au vu de la manière dont l’organisme certificateur traite le cas des dérogations légales dont bénéficient certains bâtiments.

Une sonnette s’il n’y a pas de rampe d’accès

Le préfet a en effet le droit d’autoriser le gestionnaire d’un établissement existant à ne pas se conformer à telle ou telle disposition dans les cas prévus par la réglementation (impossibilité technique, coût trop élevé, etc.). « Cette dérogation étant légalement accordée, il n’y a pas de raison que l’établissement ne puisse prétendre à la certification Bac à partir du moment où il respecte nos critères, explique Sophie Real-Lucenay. Il devra toutefois prévoir une solution alternative. Admettons que, pour des raisons techniques, il n’est pas possible de construire une rampe d’accès à l’entrée d’un hôtel. Il faudra alors qu’une sonnette ou un interphone y soit installés, pour qu’un client puisse demander à  un employé de venir l’aider. » Bac ou l’art de certifier accessible un bâtiment qui ne l’est pas…

Viser la qualité d’usage pour tous, handicapés ou pas

Deux mois plus tôt, Certivéa, une filiale du Centre scientifique et technique du bâtiment, avait lancé une autre certification : le Label accessibilité, attribuable à tous types de bâtiments (ERP, habitations…). Un nom réducteur car son champ d’investigation dépasse la seule accessibilité aux personnes handicapées. « Le label vise à favoriser la qualité d’usage du bâtiment par tous ses utilisateurs, qu’ils soient ou non handicapés », précise Patrick Nossent, le président de Certivéa.

Il impose donc des exigences en matière de confort visuel, de sécurité ou bien encore de confort acoustique. « Imposer que les espaces ne soient trop bruyants pour assurer une bonne compréhension des échanges profite à tous », souligne Patrick Nossent.

La même entrée pour tous les usagers

Bien sûr, l’accessibilité proprement dite figure également dans le cahier des charges. « Nous ne nous contentons pas du respect des exigences réglementaires, précise le président de Certivéa. Un établissement bénéficiant d’une dérogation ne pourra prétendre à la certification. Pas plus que celui qui prévoit un accès pour les personnes en fauteuil roulant par une entrée annexe et non pas par l’entrée principale. Nous nous inscrivons dans une approche inclusive et non discriminante. »

« Transformer les contraintes en opportunité. »

Le Label accessibilité se veut donc bien plus ambitieux que la Bac. Forcément, l’obtenir est à priori plus évident pour des bâtiments neufs que pour des bâtiments existants, qui représentent l’essentiel du parc. Mais certains, comme le musée de la Poste, se sont engagés dans cette démarche de qualité. « Il faut transformer les contraintes en opportunité architecturale, résume Patrick Nossent. Si on les intègre dès la conception du projet, on peut éviter les surcoûts tout en donnant naissance à des bâtiments où il fait bon vivre ou travailler. » Franck Seuret

Brigitte Thorin est la déléguée ministérielle à l’accessibilité.

Brigitte Thorin : « Mon rôle n’est pas de noter les labels. »

« Les gestionnaires ou propriétaires de bâtiments qui prétendent à une certification s’engagent dans une démarche qualité, explique Brigitte Thorin, la déléguée ministérielle à l’accessibilité. C’est cette dynamique de progrès qui m’intéresse. Et c’est pour ça que j’apporte mon soutien aux organismes certificateurs qui lancent ces labels. Mon rôle n’est ni de les noter, ni de les pousser à se regrouper pour qu’il n’en existe qu’un. Le socle de base doit être le même pour tous – le respect de la réglementation – mais, ensuite, chacun a ses spécificités. Par contre, nous pouvons les aider, si besoin, à aller plus loin ou à rendre leur référentiel encore plus solide. »

10:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

23/06/2017

c'est quoi le blog savs ?

presentation blog .jpg

14:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

03/06/2017

tous égaux

12311177_1159424327420439_8924115372101386080_n.jpg

10:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

27/05/2017

Hand spinner et autisme : gadget ou dispositif thérapeutique ?

XVMe5df5d50-3bae-11e7-b5b5-21a5cdc791d1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commercialisé en France depuis environ 2 mois, le hand spinner est qualifié de «dispositif possédant des vertus apaisantes» voire thérapeutiques, notamment pour les enfants avec autisme.

Petite toupie plate constituée de 3 branches tournant sur elle-même grâce à un système de roulement à billes, le hand spinner est le nouveau gadget tendance. On le retrouve chez les plus jeunes, dans les écoles et les cours de récréation mais aussi chez les plus grands, lui prêtant des bienfaits déstressants et relaxants. Les parents d’enfants avec autisme ou ayant des troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) parlent aussi «d’un moyen d’aider leurs enfants à se concentrer», d’autres expliquent qu’il «fixe la concentration et les apaise en procurant un bien-être tactile» ou bien encore qu’il s’agit «d’un moyen de canaliser leur énergie».

Il n’existe cependant, pour le moment, aucune étude scientifique mettant en évidence les vertus tant vantés du hand spinner. Que dire donc de ces témoignages?

Le hand spinner: un jouet sans propriétés thérapeutiques avérées

«Le hand spinner reste de l’ordre du gadget tendance» déclare Nathalie Franc, pédopsychiatre au CHU de Montpellier. Cette spécialiste des troubles de l’attention avait déjà évoqué l’absence d’études scientifiques et par conséquent de données cliniques concernant les apports de ce jouet chez les enfants avec autisme ou TDAH. Nathalie Franc établit une «connexion» entre la stéréotypie dont font preuve certains enfants avec autisme (le fait de répéter certains mouvements, comme le balancement des jambes) et l’idée d’exploiter l’action rotative continue de la toupie pour canaliser leur instabilité motrice. Mais elle demeure très claire sur un point: «Cela reste un postulat uniquement. On ne peut rien dire sans données scientifiques (...) ce n’est qu’un jouet pour le moment».

C’est également l’avis du psychiatre nantais Olivier Bonnot, travaillant avec les enfants et adolescents. Le spécialiste place même le hand spinner au même niveau que les bracelets raimbow loom (des petits élastiques qui se combinent pour fabriquer des bracelets): «Ce sont des objets qui ont beaucoup plu, dont on a beaucoup parlé et auxquels on a prêté des avantages mais que l’on a oublié aujourd’hui. Je parie que d’ici la fin de l’été, il en sera de même pour le hand spinner. Certes, il focalise l’attention, il ne fait pas de mal, il n’est pas dangereux mais ce n’est qu’un adjuvant et en aucun cas un dispositif médical».

Pour déterminer si cette toupie a une quelconque efficacité thérapeutique, il faudrait la comparer avec un autre objet dont les effets sur l’anxiété ont été démontrés et voir s’il y a des différences significatives entre les deux dispositifs. Et si un effet est établi, il faudrait ensuite pousser la recherche pour comprendre son mode de fonctionnement.

Une étude américaine publiée en 2016 dans la revue Child Neuropsychology met en avant le fait qu’une activité physique permettrait d’avoir un meilleur contrôle cognitif dans les cas de troubles de l’attention avec ou sans hyperactivité. «Une activité motrice devant être bien plus importante que celle consistant à faire tourner un hand spinner» déclare le professeur Dustin E. Sarver (University of Mississippi Medical Center), également auteur d’une étude sur les TDAH.

A ce jour, cette toupie n’est donc qu’un simple dispositif d’amusement sans propriétés thérapeutiques mais avec lequel il est cependant possible de bien s’amuser, notamment en réalisant tout une multitude de figures, comme le démontre le nombre élevé de vidéos à ce sujet sur le web.

Un produit issu d’un duo mère-fille

C’est en 1997 qu’est né le hand spinner mais sous une toute autre forme que celle que l’on connaît aujourd’hui. Fait de journaux et de morceaux d’adhésifs, il fut mis au point par une mère de famille américaine, Catherine Hettinger. Souffrant de faiblesses musculaires, Catherine peinait à jouer avec sa fille. Elle avait donc cherché à créer un jouet avec lequel elles pourraient s’amuser toutes les deux.

En raison de problèmes financiers, la toupie ne fut pas commercialisée tout de suite. Ce ne sera donc que 20 ans plus tard que le jouet fera le bonheur des enfants dans les cours de récréation.

10:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

19/05/2017

soprano - je roule


18:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)